Étiquettes

, , , , ,

mise-a-feutunizian-yankee-oumhani Tunisian Yankee est un livre racontant l’histoire d’un Tunisien, Daoud, au début du XXe siècle qui, lassé d’être bloqué par le système colonial,qui lui interdit de passer son brevet de pilote, part vivre aux Etats-Unis. Et reviendra combattre en Europe dans les rangs de l’armée américaine à partir de 1917. De nombreux  arabes, souvent d’origine syrienne et libanaise, ont ainsi rejoint les rangs de l’armée américaine. Ceux-ci ont parfois devancé l’appel, pensant que ce geste les aiderait peut-être à acquérir la nationalité américaine. Selon l’historien Philip Hitti, près de 14.000 Arabes américains ont servi dans l’armée des Etats-Unis au cours de la Première guerre mondiale, plus que les représentants de n’importe quelle autre communauté présente aux USA.
Ils
étaient regroupés à Manhattan, dans les environs de Washington Street à New York, dans ce que l’on appelait alors Little Syria. A la fin du XIXe, elle était très prospère, plus que Little Italy. Son quartier a été rasé pour construire… les tours du World Trade Center. Cette communauté était composée de jeunes immigrants qui fuyaient la Syrie et le Liban pour échapper à la conscription et à des impôts très lourds dans l’Empire ottoman. Elle était également composée de commerçants qui arrivaient à s’intégrer assez rapidement dans la société américaine.

Cécile Oumhani, en visitant Ellis Island est tombée sur le nom d’un tunisien arrivé en Août 1912, c’est le point de départ de ce livre.

Catherine Videlaine est une artiste plasticienne qui travaille sur la guerre de 14, et qui procèdera à une « mise à feu » en mémoire des combattants arabes qui ont participé à cette guerre.bandeau-misesafeu1

Publicités