Étiquettes

, , ,

Depuis , » le père de la petite » et « la femme de l’allemand », Marie Sizun poursuit une oeuvre et de livres en livres, elle ne cesse de nous enchanter par son écriture toute en finesse qui excelle à raconter les émois de l’enfance et les sentiments féminins.sizun-la-gouvernante-suedoiseSon nouveau livre « la gouvernante suédoise » le 9ème, est un livre à part dans l’ oeuvre de l’auteure, parce qu’ inspirée de sa propre histoire, même si on retrouve les mêmes préoccupations autour de l’Histoire, la filiation et l’amour.

Comme dans beaucoup de familles une histoire scandaleuse, non assumée est cachée aux générations suivantes. Etant enfant, Marie Sizun avait découvert un secret familial mais ce n’est que bien plus tard qu’elle en comprendra toutes les nuances grâce notamment au journal intime de son arrière-grand-mère suédoise.
Cette arrière-grand-mère, Hulda, est morte à l’âge de 27 ans en France, à Meudon à la toute fin du XIX ème siècle, laissant derrière elle quatre jeunes enfants. Elle avait rencontré son mari en Suède où Léonard enseignait le français, et avait cherché à faire fortune. Des enfants étaient arrivés très rapidement et pour aider Hulda, Léonard avait embauché une gouvernante, Livia.

Qui était vraiment cette Livia dont on ne parlait pas dans la famille de Marie Sizun et quelle était la nature de ses relations avec les différents membres de la famille Sézeneau ?
Avec beaucoup de subtilité, Marie Sizun détricote l’histoire de sa famille suédoise. Il est question d’amour maternel, d’amitié féminine et de passion amoureuse.

L’auteure, comme toujours, a le don de restituer avec minutie les ambiances, les époques, et la subtilité des sentiments.

NE RATEZ PAS SA VENUE A LA LIBRAIRIE LE SAMEDI 8 OCTOBRE.

 

Publicités