Mots-clefs

, ,

homme tigreQuand, à la fin du premier chapitre de ce roman impeccablement construit, les autorités demandent à Margio, de toute évidence coupable du meurtre d’Anwar Sadat, pourquoi il a sauvagement assassiné ce notable, il répond : « Ce n’est pas moi, il y a un tigre dans mon corps. »
Ce tigre, « blanc comme un cygne, cruel comme un chien féroce », lui vient de son grand-père. Si, à diverses occasions, il l’a senti pénétrer dans son corps, il a toujours tenté de le réfréner. le tigre ne jaillira qu’au moment où le jeune homme ne pourra plus contenir la colère qu’il réprime.
Pour élucider les raisons du meurtre, Eka Kurniawan revient sur le passé de Margio. Rien en effet dans la vie de l’inoffensif Anwar Sadat ne laissait présager une fin aussi violente. Nous allons donc remonter le cours de l’histoire, la rencontre des parents de Margio, sa naissance, la folie douce qui s’empare de sa mère, comme suite à ses désillusions successives, la révolte de Margio et comment cette femme, encore jeune et belle, essaye d’échapper à la dépression en allant effectuer des travaux domestiques chez d’autres. Notamment dans la demeure d’Anwar Sadat…Dès lors se nouent les fils de la tragédie qui va irrémédiablement lier la destinée des deux familles, et provoquer le surgissement du tigre blanc. Un roman foisonnant qui emporte son lecteur loin, très loin dans l’espace et la fiction. À lire de toute urgence.

Publicités